| Accueil |

BAR-LE-DUC


     
MEUSE
ARRONDISSEMENT : BAR-LE-DUC
Bar-le-Duc
Carte de Cassini
CANTON 2014 : BAR-LE-DUC-1
BAR-LE-DUC-2
CODE INSEE : 55029
CODE POSTAL : 55000
INTERCOMMUNALITÉ : Communauté d'Agglomération
Bar-le-Duc Sud Meuse
     

Pays :
France
France
Tiercé en pal, d'azur, d'argent et de gueules, les insignes de la République d'or brochant sur le tout.
Région :
Lorraine
Lorraine
D'or, à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent.
Département :
Meuse
Vosges
D'azur, semé de croisettes recroisetées au pied fiché d'or, aux deux bars adossés de même brochant sur-le-tout.
Nouvelle Région :
Grand Est
Alsace Champagne-Ardennne Lorraine
Région Grand Est

Armes de Bar-le-Duc

Croix de guerre 1914-1918
Croix de guerre 1939-1945

Devise : PLUS PENSER QUE DIRE

Parti : au 1er d'azur semé de croisettes recroisetées au pied fiché d'or aux deux bars adossés du même brochant sur le tout ; au 2nd d'argent aux trois pensées tigées et feuillées au naturel.

Le premier parti ressemble aux armes des ducs de Bar et du Barrois à la différence que les barbeaux ne sont pas d'or mais d'argent.
Selon la légende, un seigneur de Bar revenant de la chasse arriva à Fagine, et ne trouva rien à manger (depuis le village s'appelle Fains). Le seigneur allait mourir de faim lorsqu’une fée présenta un repas composé de deux gros barbeaux garnis de fleurs de pensées. En reconnaissance il mit des barbeaux sur son blason et des pensées sur celui de sa capitale.

Ce blason n’a pas toujours été représenté de cette façon : au XVIème siècle l’écu était "d’argent, à une pensée ; au chef des armes des ducs de Bar". Ancien blason de Bar-le-Duc

 

 

Croix de guerre 1914-1918 Croix de guerre 1939-1945

Citation à l'ordre de l'Armée - 30 juillet 1920 :

"Ville de l'arrière front de Verdun, centre militaire important, qui a été de ce fait exposé aux bombardements répétés de l'aviation ennemie, particulièrement en 1916 et 1917. Malgré les pertes subies, a toujours fait preuve du plus beau sang-froid et d'un patriotisme ardent."

Citation - 11 novembre 1948 :

"Par sa situation géographique et ferroviaire, Bar-leDuc fut, de 1940 à 1944, le point vers lequel convergèrent prisonniers, évadés, Alsaciens-Lorrains fuyant l’enrôlement, patriotes s’évadant des trains de déportation, aviateurs tombés lors de vols vers l’Allemagne. La population, aux sentiments profondément anti-allemands, se dévoua sans se soucier des risques encourus pour tous ces malheureux fuyant le Stalag, l’enrôlement forcé, la déportation. Plusieurs de ses enfants, dont cinq de moins de 20 ans, payèrent de leur vie leur participation à la Résistance. Les éléments locaux de la Résistance attaquèrent la prison allemande et délivrèrent, le 29 août 1944, avant-veille de la Libération, 41 français qui échappèrent ainsi à la déportation ou au peloton d’exécution. Titulaire de la croix de Guerre 1914-1918."


  Origine du nom :
   
Anciennement Caturiges, cité gallo-romaine.
Puis Burgum Barri, le bourg de Bar. Comme la région devint comté, puis un duché, la capitale étant Bar elle prit le suffixe "le-Duc".
  Chiffres clés :
    Population : 15 668 habitants en 2014 (Barisiens)
    Altitudes : 175 - 327 mètres
    Superficie : 2362 hectares
  Site Web :
  Site de la Ville.
  A voir :
  Hôtel de ville, ancien hôtel du maréchal Oudinot, 1804.
Vestiges de l'ancien château des comtes de Bar.
Eglise Saint-Etienne.
Musée du Barrois.
  Généralités historiques :
 
La ville survécut aux invasions barbares et fut évangélisée au IVème siècle, tandis que se formait une agglomération nouvelle, le "Burgum Barri".
Au Xème siècle, Frédéric 1er d'Ardenne, duc de Haute-Lorraine, fit construire un château fort et Bar devint la capitale d'un puissant comté, érigé en duché en 1354.
Le Barrois mouvant (à l'Ouest de la Meuse) relevait de la couronne de France, le Barrois non mouvant (à l'Est de le Meuse) du Saint-Empire romain germanique.
En 1484, le duché de Bar fut réuni au duché de Lorraine, puis, en 1766, à la France.
Au cours de la guerre de 1914-1918, Bar-le-Duc assura le ravitaillement de Verdun. La route de Verdun dite Voie Sacrée fut, à partir de février 1916, quotidiennement utilisée pour le transport des troupes, des vivres et du matériel.
Diocèse de Toul jusqu'à la Révolution.
Anciennes industries disparues : manufactures de coton dès le XVIIIème siècle et de corsets sans couture, vignobles renommés, brasseries, fonderie, facteurs d'orgues, moulins, tanneries.
Patrie : d'Antoine, duc de Lorraine (1489-1544), de François, duc de Guise (1519-1563), dit Ie Balafré ; de Jean Errard (1554-1610), ingénieur militaire ; de Rémy Cellier (1688-1761), savant bénédictin ; du maréchal Oudinot, duc de Reggio (1767-1847), du maréchal Exelmans (1775-1852) ; de Pierre Michaux (1813-1885), un des inventeurs du vélocipède à pédales ; de Raymond Poincaré, président de la République (1860-1934).
  Particularités :
  -
  Ecarts - Hameaux - Fermes :
     
-
  Données généalogiques :
     
-
  Les noms de famille des descendances étudiées associés au lieu :
    Cordelier
Lafrogne - Lapique
  Statistiques généalogiques : (chiffres connus)
    Nbre de naissances :   2
    Nbre de mariages :   -
    Nbre de décès :   1