| Accueil |

SAINT-QUENTIN


ARRONDISSEMENT : SAINT-QUENTIN
AISNE
CANTON : SAINT-QUENTIN-1
SAINT-QUENTIN-2
SAINT-QUENTIN-3
Département de l'Aisne
Carte de Cassini
CODE INSEE : 02691
CODE POSTAL : 02100
INTERCOMMUNALITÉ : Saint-Quentinois

Pays :
France
France
Tiercé en pal, d'azur, d'argent et de gueules, les insignes de la République d'or brochant sur le tout.
Région :
Picardie
Cliquez pour agrandir
Ecartelé : aux 1er et 4ème d'azur, à trois fleurs de lys d'or ordonnées 2 - 1, aux 2ème et 3ème d'argent à trois lionceaux de gueules ordonnés 2 - 1.
Département :
Aisne
Coupé : au 1er d'or, à trois bandes d'azur, au 2ème d'azur, à la bande d'argent côtoyée de deux doubles cotices potencées et contre-potencées d'or ; à la fasce ondée d'argent brochant sur la partition.
Nouvelle Région :
Hauts-de-France Région Hauts-de-France

Armes de Saint-Quentin

Légion d'honneur (1897)
Croix des Mayeurs (1752)
Croix de Guerre 1914-1918 (1920)

Devise : PRO DEO REGE ET PATRIA
Pour Dieu, le Roi et la Patrie

D'azur au buste de saint Quentin auréolé d'argent, les épaules transpercées par l'extrémité de broches de fer, accompagné de trois fleurs de lys d'or.

Saint Quentin, d'origine romaine, prêcha l'Évangile en Gaule, Amiens étant le centre de son apostolat et fut martyr en 287. Il passa par maints supplices, son corps fut notamment traversé de haut en bas par deux grandes broches de fer, puis eut la tête tranchée.
Les fleurs de lys marquent la fidélité de la ville au roi de France telle qu'elle apparaît dans sa devise.

La croix des mayeurs doit être portée par le maire et non pas figurer sur les armoiries de la ville.

Légion d'honneur (1897) Croix de Guerre 1914-1918
 

  Origine du nom :
    Augusta Viromanduorum
  Chiffres clés :
    Population : 55 878 habitants en 2014 (Saint-Quentinois)
    Altitude : 68 - 125 mètres
    Superficie : 2256 hectares
  Site Web :
  Site officiel
  A voir :
  La Basilique Saint-Quentin
L'Hôtel de Ville
Musée Antoine-Lécuyer
Musée des Papillons
Musée archéologique
La Porte des Canonniers
Monument Albert 1er
  Généralités historiques :
 
Ville construite sur un passage fréquenté de la Somme, et sans doute, l'ancienne "Augusta Viromanduorum", capitale des Viromanduens.
Etablissement en 645 par saint Eloi d'un chapitre collégial, qui entraîna son rapide essor. La ville fut ravagée par les Normands en 883, prise par le comte de Péronne en 886, et est une possession royale depuis 1191 (sauf de 1435 à 1471 ).
La ville fut prise par les Espagnols en 1557 malgré l'héroïque résistance de Coligny; c'est en réparation pour la destruction de l'église Saint-Laurent que Philippe II d'Espagne fit construire son palais de l'Escorial en forme de gril.
La peste sévit en 1636.
Charte communale accordée en 1045/80 étendue en 1111 et confirmée en 1195 par Philippe Auguste.
L'activité industrielle souffrit de la Révolution et du Blocus continental mais connut un nouvel essor au XIXème siècle grâce à l'ouverture du canal de Saint-Quentin (1810) et au développement des chemins de fer du Nord.
Ville assiégée et prise par les Prussiens en 1870 ; 3 mois plus tard, Faidherbe fut battu sur les hauteurs dominant la vill e; entièrement détruite par les Allemands en mars 1917 lors de leur repli sur la ligne Hindenburg.
Siège de 1941 à 1946 de la préfecture régionale de Laon et du commissariat de la République.
Patrie du pastelliste Quentin de La Tour (1704-1788), du révolutionnaire François Noël, dit Gracchus Babeuf (1764-1797) et de l'historien Henri Martin (1810-1883).
  Particularités :
  -
  Ecarts - Hameaux - Fermes :
     
-
  Données généalogiques :
     
-
  Les noms de famille des descendances étudiées associés au lieu :
    Hennezel du Mesnil (d')
  Statistiques généalogiques : (chiffres connus)
    Nbre de naissances :   -
    Nbre de mariages :   -
    Nbre de décès :   1