| Accueil |

Épinal


France
 
Lorraine
 
Vosges
         
Tiercé en pal, d'azur, d'argent et de gueules, les insignes de la République d'or brochant sur le tout.
 
D'or à la bande de gueules chargée de trois alérions d'argent.
 
D'argent mantelé de sinople au trois sapins arrachés de l'un et de l'autre, au chef d'or chargé d'une cotice de gueules surchargée de trois alérions d'argent (qui est de Lorraine).
         
France moderne
 
Rgion Lorraine
 
Dpartement des Vosges
 

couronne
Croix de Guerre 1914-1918
Croix de Guerre 1939-1945
avec palme de bronze
22 octobre 1921
22 mai 1950

Héraldique

De gueules, à la tour crénelée de quatre pièces d'argent, ouverte, ajourée et maçonnée de sable, accostée de deux fleurs de lys d'or.


Armes de Epinal en noir et blanc

Commentaires

En 1448, on trouve un sceau de la ville d'Épinal portant déjà une tour. La tour, qui parfois fut dite hersée de sable, fait allusion aux anciennes fortifications de la ville et plus particulièrement à une tour appelée le Boudiou. Le nom d'Épinal viendrait des ronces et des épines qui, pendant longtemps, en couvrirent l'emplacement. Thierry de Hamelant, évêque de Metz entre 964 et 984, construitsit un monastère entre la Moselle et un château appelé Spinal en langue vulgaire.

Il ne faut pas confondre les armes de la ville d'Épinal avec celles de la maison d'Épinal qui faisait partie de l'ancienne chevalerie lorraine, et qui portait : "d'azur semé de fleurs de lys d'or, à la croix d'argent". Armes de la maison d'Épinal

Épinal se révolta contre Conrad Bayer de Boppard, évêque de Metz et seigneur d'Épinal en 1429, qui avait imposé quelques bourgeois. Ces derniers demandèrent la protection du duc de Lorraine René d'Anjou.

En 1444, Charles VII, Roi de France, était en Lorraine ; les Députés d'Épinal vinrent le trouver pour lui offrir la souveraineté de la ville. Celui-ci accepta et entra avec René d'Anjou dans Épinal, dont les tours étaient décorées de fleurs de lys. Louis XI rendit la ville en 1465 à Jean II, fils du roi René, duc nominal de Lorraine. Par la suite Épinal devint définitivement française en 1766 à la mort de Stanislas Leszczynski, beau-père de Louis XV.

Il n'y a pas si longtemps, les armes d'Épinal étaient sans les fleurs de lys - parfois on a blasonné la tour crénelée et tourellée d'argent - :

Celles-ci ont été ajoutées récemment et rappellent d'une façon heureuse la protection du roi de France.

Selon Constant Lapaix, les armes d'Epinal ressemblent à cela, avec un donjon formant tourelle, dans le Livre de Hérauderie et une herse de sable ajoutée par Bugnon :

Armes d'Epinal selon Lapaix

Dans l'Armorial général de 1696, Épinal porte : "d'argent, à une tour de sable, à trois créneaux" autour duquel est écrit : SCEL DES QUATRE GOUVERNEURS D'ESPINAL" :

Armes d'Épinal selon l'Armorial de 1696

 

Il est intéressant de savoir que le quartier du Saut-le-Cerf a son propre blason : "de gueules, à l'ombre de cerf sautant de sable, accompagné au chef et à sénestre de deux fleurs de lys d'or, et en pointe d'une tour d'argent".

Le Saut-le-Cerf

 

Ces armes reprennent celles de la ville d'Epinal auxquelles est ajouté un "saut de cerf".

Sur les anciennes cartes du département, telle celle de 1852 et dans d'anciens armoriaux on trouve ces armes : "de sable, à cinq chevrons d'argent, au chef échiqueté de sable et d'argent".

Ecusson vu en 1852

Mais l'impression est mal réalisée. Dans l'armorial de l'Ancienne chevalerie de Lorraine de Jean Cayon nous trouvons les armes de la famille d'Epinal-aux-Pays-Bas, maison depuis fort longtemps éteinte, qui sont "d'azur, à trois chevrons d'or ; au chef échiqueté de gueules et d'argent de trois tires" (Cayon inverse le gueules et l'argent dans l'échiqueté) :

Armes d'Épinal-aux-Pays-Bas

Il doit donc s'agir de cette famille, les deux armes écus étant très proches.

 

Union des Cercles Généalogiques Lorrains

Site officiel de la ville d'Épinal

Ancienne chevalerie de Lorraine

Vosges Matin